Review EECH2
par Black Wolf

Introduction :

Après l'interview d'il y a deux mois et le concours du mois dernier il est temps maintenant de savoir ce que ce simulateur à dans le ventre.

Alors, simple remise au gout du jour d'EECH1 ou nouvelle simulation, bon investissement ou vaut-il mieux tenter de trouver une boîte de son prédécesseur ? C'est les questions auquel j'essayerai de répondre dans cette review.

Un peu "d'histoire" :

En 1998 apparaissait sur le marché le premier simulateur de la série "Enemy Engaged" : Apache Havok aussi abrégé EEAH créé par la jeune société Razorworks. Malgré quelques petits soucis techniques (résolution des cockpits limitée à 640x480, IA des coéquipiers assez catastrophique etc...) il brilla surtout par son subtile mélange entre réalisme et gameplay, le tout couronné par une campagne dynamique fort sympathique. Il apportait un peu de fraicheur au milieu d'un Longbow 2 plus axé sur le réalisme et la série des Comanche de Novalogic misant tout sur l'action et l'arcade pure. Comme son nom l'indique il vous permettait de prendre les commandes de l'Apache côté US ou du Havok côté Russe dans 3 campagnes dynamiques.

Une année et demie après arriva son successeur, Comanche Hokum, qui prenait le pari risqué de vous mettre aux commandes de deux hélicoptères encore au stade de prototypes. Les presque deux ans séparant les deux simulations n'auront pas servi uniquement à la modélisation de ces deux appareils, cette nouvelle version corrigeant une bonne partie des défauts de son prédécesseur tout en reprenant le mélange simulation/jeu et en améliorant certains points comme par exemple, la campagne dynamique et le moteur graphique. Ce dernier était d'ailleurs un des tout premiers jeux sur le marché à exploiter le "Transform & Lightning" des premières cartes Ge-Force pour accélérer l'affichage. Un des points fort de cette nouvelle version était de permettre aux possesseurs d'EEAH d'importer l'Apache, le Havok et les 3 campagnes dans EECH pour ainsi bénéficier de 4 hélicoptères pilotables et 6 campagnes dynamiques.

Début 2003 après avoir peaufiné leur simulateur en sortant de nombreux patchs Razorworks annoncèrent l'arrêt de la série Enemy Engaged mais mirent le code source à disposition de la communauté. Les conditions d'utilisation du code source permettaient aux utilisateurs de faire les modifications qu'ils désiraient mais, en contrepartie, le simulateur et les modifications apportées restaient propriété de Razorworks, qui se réservait le droit d'utiliser ces modifications pour une éventuelle prochaine version du simulateur.

Durant ces quatre dernières années, EECH n'a cessé d'être amélioré par la communauté. Certes ces améliorations n'ont pas été aussi "extrêmes" que celles qu'a connues Falcon 4 de par une communauté plus réduite, mais de versions en version le simulateur aura été grandement amélioré et debuggé.

Pendant ce temps quelques rumeurs avaient fait état d'un EECH 2 en préparation par un développeur inconnu. Cette version fut finalement annulée jusqu'à ce que l'on entende parler de la version de G2 CES que nous avons reçu aujourd'hui pour cette review. Cette version profite de la licence sous laquelle a été publiée le code source et se base donc sur les travaux de la communauté (version 1.6.1 W5C qui date qu'il y a maintenant 2 ans) mais nous y reviendront plus tard.


EECH à sa sortie


EECH aujourd'hui après modification par la communauté

Contenu de la boîte :

Petite remarque avant de vous parler du contenu, la version review que nous avons reçue est une version anglaise. Je n'ai pas plus d'informations sur celui de la version française.

Comme vous l'avez certainement tous remarqué, depuis un certain nombre d'années la qualité du "packaging" de nos simus et des jeux informatiques en général n'a cessé de diminuer. Chose plutôt gênante quand cela concerne un simulateur nécessitant cartes et épais manuels pour maitriser son utilisation.

La boite en elle même fait un peu "cheap", est au format "boîte DVD" et est relativement sombre. Pas sur qu'elle ait attiré mon regard dans le rayon jeu d'un magasin mais intéressons nous plutôt au contenu.

Petite déception à l'ouverture de la boite même si je m'attendais pas a des miracles vu son format : son contenu est plutôt pauvre. Elle contient bien-sûr le jeu (sur 1 CD), un manuel de référence rapide d'une vingtaine de pages donnant les consignes d'installation, expliquant l'interface et rappelant les touches utilisées, un coupon de commande pour un DVD vidéo sur les machines de guerre du 21ème siècle (malheureusement pas fourni avec la version review) mais surtout, ce qui m'a surpris, la copie conforme de la carte de référence clavier fournie dans EECH en version "modèle réduit". Cette dernière contient encore le schéma d'affectation des boutons pour les joysticks Microsoft Sidewinder, plus produits depuis bien longtemps déjà (bien qu'excellents). Une remise à jour de cette keycard n'aurait pas été du luxe.


La boîte du jeu et son contenu...

...comparé à celle d'EECH 1

Installation, contenu du CD :

A l'insertion du CD quelle ne fut pas ma surprise de découvrir son contenu : un fichier autorun, le programme d'installation et c'est tout. Pas question de patienter pendant l'installation en parcourant les manuels et autres documents, ils ne seront accessibles qu'une fois le jeu installé.

L'installation se déroule sans problèmes et nécessite 2 go sur le disque dur.

Une fois installé vous trouverez dans votre répertoire EECH 2 trois fichiers PDF :

  • Un manuel du simulateur de 234 pages, copie presque exacte du manuel d'EECH 1 (mise en page et captures d'écran exceptées), chose que l'on ne peut pas spécialement leur reprocher vu la qualité de ce dernier.
    Il contient, en plus des sujets "classiques" tels que les descriptions de l'interface, utilisation du simulateur, etc... une section "école de pilotage" abordant les bases du pilotage d'un hélicoptère de combat (fonctionnement d'un hélicoptère, manœuvres de bases, tactiques de combat...), un comparatif du comanche et du hokum avec leur histoire et caractéristiques respectives, une description des campagnes et un guide de reconnaissance des unités du jeu.
    On remarque cependant quelques erreurs absentes du manuel original (images manquantes dans le guide de reconnaissance) ou quelques bizarreries de mise en page (certaines pages sont plus grandes que d'autres) risquant de gêner en cas d'impression.
    Manuel très complet donc même si identique ou presque au manuel original, cependant ce dernier étant accessible librement en ligne depuis longtemps il aurait été agréable d'y trouver un "plus" par rapport à ce que l'on avait déjà et non des "moins" comme les erreurs citées ci-dessus.

  • La version électronique du "manuel" de 24 pages fourni dans la boite

  • Un guide sur les hélicoptères d'attaque, décrivant les principaux appareils présents dans le simulateur, le tout tiré, comme annoncé en première page de celui-ci, d'articles de wikipedia. C'est toujours ça de pris pour les personnes n'ayant pas accès à Internet mais ils faut bien avouer qu'ils ont choisi l'option de facilité.

Pour ce qui est des fichiers du jeu, j'ai eu l'agréable surprise de constater que la plupart des fichiers (modèles 3d exceptés) sont accessibles directement dans les répertoires (textures, code des shaders, fichiers de configuration). Cela simplifiera la vie aux futurs modders, ce qui est toujours bon à prendre.

Campagnes dynamiques :

(Adapté de la review EECH1 de Thisky, ancien webmaster C6)

Il semble qu'il y ait des mots et expressions magiques dans notre petit monde de la simulation comme "campagne dynamique". A l'annonce d'un tel mode de campagne, certains frissonnent de joie et d'autres font grise mine.

Quelles que soient vos préférences, l'équipe Razorworks au moment de la création d'EECH à décidé de pousser très loin cette notion de campagne dynamique en offrant une interface d'une grande souplesse qui donne au pilote virtuel les moyens de s'impliquer au maximum dans ce concept de "dynamisme". Rarement un menu de campagne avait mis à la disposition du joueur autant d'informations.

Comanche-Hokum offre un menu principal qui repose sur trois informations essentielles : les bases disponibles - les escadrons en place sur chaque base - les missions accessibles pour chaque escadron. A partir de ces trois informations, il est donc possible de déterminer avec une finesse extrême le rôle que vous allez jouer et faire évoluer celui-ci au fil du temps. Il ne tient qu'au pilote de changer de groupe, de base et de mission pour influencer les événements là où cela apparaît nécessaire.

Dans EECH il est possible de connaître précisément les forces et faiblesses de chaque camp et d'agir en conséquence. Autant le dire puisque l'idée vient à l'esprit : l'interface de la campagne dynamique dans EECH est à la simulation d'hélicoptères ce que F4 est à l'avion.


L'interface de campagne...

... et les informations qu'on peut y trouver

L'autre élément important est l'occupation du terrain par les unités au sol. On a le sentiment de faire partie d'un vrai conflit armé important.

Il est également assez amusant de suivre la campagne sans y participer : on voit ainsi, en 3D si on le souhaite, évoluer la situation sans quitter le jeu.

Aucune modification majeure n'a été effectuée au système de campagne depuis EECH1 hormis une poignée de correction de bugs. Cependant quelques détails gênant subsistent : je n'ai encore jamais été capable de dire s'il était normal de trouver régulièrement des groupes de chars arrêtés, regroupés à un croisement de routes attendant votre venue. S'agit-il de troupes en attente d'ordres ou d'un bug dans la routine de déplacement de ces dernières ? Je n'ai jamais trouvé de réponse concrète à ce problème rencontré depuis les débuts d'EECH1.

Les campagnes dynamiques sont définitivement LE gros point fort de ce simulateur même si la seule nouveauté d'EECH2 côté campagnes vient de la campagne de Corée sur laquelle je n'ai malheureusement pas assez d'heures de vol pour savoir si elle apporte un réel plus comparé aux dizaines de campagnes additionnelles disponibles pour EECH1.


Les combats se déroulent sur terre, dans les airs mais aussi sur l'eau

Véhicules arrêtés à un carrefour comme on en croise souvent lors des campagnes

Lors de situations difficiles il est possible de demander un tir d'artillerie en renfort


Les bases aériennes sont souvent très actives

Avionique :

Autant vous prévenir tout de suite, EECH2 ne cherche absolument pas à faire de la concurrence à Black Shark dans ce domaine. Il fournit un ensemble de systèmes qui pourraient paraitre "crédibles" dans un hélicoptère ultra-moderne, avec des données pré traitées par un copilote et sans s'embarrasser de procédures complexes mais loin de ce qu'un "harcore simmer" peut attendre d'un simulateur moderne.

Le système d'armes modélisé (je vous parlerai ci-dessous du système présent sur le Comanche mais les systèmes sont très proches entre les deux appareils) comprend le radar air-sol et air-air, système de visée TV, IR et viseur de casque.

La manipulation du radar est réduite au strict minimum, chose à moitié excusée par la présence du copilote qui est sensé effectuer une bonne partie des tâches telles que le tri et l'identification des contacts afin d'alléger la charge du pilote.

Le radar air-air, hormis le réglage de la portée vous permet de sélectionner le mode de balayage (continu ou balayage simple sur demande du pilote) et un filtre d'affichage ami/ennemi. Il vous permet également de régler l'angle et la direction de balayage de l'antenne.

Le radar air-sol vous propose, lui, de filtrer les contacts par ordre de danger (haut, moyen, bas), le niveau le plus haut étant généralement réservé pour les Sams et véhicule anti-aériens, moyen les chars avec moyen d'auto-défense et bas les véhicules et bâtiments ne présentant aucun danger pour votre appareil.

Le FLIR possède un TRES gros manque par rapport à la version moddée d'EECH : il n'est pas stabilisé. C'est à dire que si vous visez un point éloigné, tant que vous n'avez pas locké une cible, le moindre mouvement de votre hélicoptère rendra la visée impossible. Du coup, ce système se retrouve relégué à l'état de simple gadget.

L'absence de cockpit cliquable et les systèmes simplifiés font que la simulation de l'avionique n'est clairement pas le point fort d'EECH 2. Les simmers atteint de "boutonite aiguë" devront donc prendre leur mal en patience et attendre Black Shark ou, qui sait, une éventuelle future version d'EECH1.


Reconnaissance de nuit sur une centrale nucléaire au FLIR
(le jeu exige seulement qu'on s'en approche pour réussir le reco mais y aller de visu est plus intéressant)


Mon radar a détecté deux sams beaucoup trop proches de moi à mon gout... je savais qu'il fallait pas que je l'allume. Il est temps de se faire tout petit !



L'avionique du hokum est très similaire à celle du Comanche, hormis les couleurs utilisées


A noter l'affichage des arbres buggé sur la page FLIR :(

Modèles de vol :

Bien qu'il soit encore plus difficile de se faire un avis sur un modèle de vol d'hélicoptère de combat moderne que sur un modèle de chasseur je crois que l'on peut dire sans trop s'avancer qu'il s'agit encore un point ou Black Shark n'a pas trop de souci à se faire.

Cependant les modèles de vol restent à peu près crédibles et modélisent la plupart des effets s'appliquant sur le vol d'un hélicoptère (décrochage des pales reculantes à haute vitesse, effet de sol, vortex ring).
On est toutefois surpris par l'absence d'instabilité dans le comportement des appareils, surtout en stationnaire.
Comme dit plus haut, il est difficile de se faire une opinion sur le réalisme de ces modèles vu toute l'assistance fournie aux pilotes de ces machines modernes par l'ordinateur de bord. Autant vous dire qu'il ne sera pas facile de trouver un des rares pilotes ayant piloté les prototypes du Comanche pour aller lui demander son avis sur la question.

Le défi n'est donc ici pas de faire tenir l'hélicoptère en l'air, chose que vous maitriserez sans peine après quelques minutes mais plutôt d'arriver à concilier pilotage et maniement de l'avionique dans certaines situations critiques.
Maintenir son hélicoptère en stationnaire au ras des arbres, tout en maniant le FLIR et en surveillant les alentours n'est de loin pas évident. Vous pourrez toutefois vous aider du pilote automatique dans certaines phases, ce dernier proposant un mode Auto-Hover (aide au stationnaire) qui essayera de maintenir votre appareil le plus stable possible.
A nouveau, en se basant sur les équipements disponibles sur des hélicoptères civils tels que les appareils de sauvetage, l'existence d'un tel système reste plausible mais fait perdre une bonne partie du "défi" d'une attaque réussie.

On en vient toutefois à regretter les quelques améliorations qui ont été faites sur les modèles de vol d'EECH 1 depuis les derniers patchs de la communauté.

Graphisme :

Après ce rapide tour d'horizon de ce que nous apportait EECH, attardons nous maintenant sur les nouveautés apportées par cette nouvelle version

La première nouveauté qui saute tout de suite aux yeux est le moteur graphique qui passe de directX 7 à directX 9 avec toutes les nouveautés que cela apporte au niveau de l'utilisation des shaders. L'éclairage est maintenant calculé par pixel sur les objets 3d ce qui permet, par exemple, aux différentes parties de l'appareil projetteront maintenant une ombre sur ce dernier.


Le Ka-52 Hokum rendu par le nouveau moteur graphique


Les shaders permettent de nouveaux effets tels qu'un meilleur rendu de l'eau

Les blocs solides représentant les forets dans le premier épisode ont maintenant disparu au profit d'arbres en "pseudo 3d". Une nouveauté bienvenue ajoutant un peu de piment aux phases d'approche de la cible. Là ou l'on devait contourner le "bloc de foret", on peut maintenant se faufiler entre les arbres et se frayer un chemin jusqu'à sa cible sans se faire repérer. La gestion des collisions avec ceux-ci semble relativement bien gérée hormis quelques bugs dans la campagne coréenne.
Si au niveau jouabilité leur apport est indéniable au niveau graphique le résultat est mitigé, l'aspect 2d des arbres se fait un peu trop sentir mais surtout les forêts ont une faucheuse tendance à apparaitre beaucoup trop proche de votre hélicoptère.

Les cockpits, bien qu'ayant été refait, n'ont pas subi d'amélioration majeure. Au contraire, on pourrait plutôt parler de régression, une bonne partie des indicateurs ne fonctionnant tout simplement plus (warning panel du Comanche, indicateur de furtivité servant également de voyant de rentrée du train s'atterrissage, la plupart des voyants du Hokum, les essuie-glaces de ce dernier ne fonctionnent tout simplement plus également). Espérons qu'un patch vienne rapidement corriger tout ça.

Un autre point fortement dérangeant est l'apparition dans cette version d'effets de réflexion (non désactivables) sur la verrière de votre appareil. Si cela part certainement d'une bonne intention l'effet, au final, est plus gênant qu'autre chose. Cela assombrit toute votre vision extérieure sans compter sur le fait que ces effets ont un comportement étrange désorientant plus le joueur qu'autre chose.


Le haut du cockpit du Comanche ainsi que les nouveaux arbres vus de haut. Toute la partie supérieure droit du panel est non fonctionelle dans cette version :(


Le cockpit du Hokum n'offre qu'une visibilité réduite à cause des montants de la verrière. Les indicateurs lumineux ne fonctionne également pas... Encore des "détails" baclés :(


Un Hokum profitant de la couverture des arbres pour rester discret
. On remarque aussi la nette différence de luminosité entre la vue interne et la vue externe


En stationnaire à la lisière d'une foret, observant ma cible

Un des points sur lesquels insistaient également les développeurs était la refonte des 1200 modèles 3d de véhicules du jeu. Malheureusement on se retrouve au final avec un résultat plutôt décevant, la plupart des modèles étant inférieurs à ceux du jeu original, le comanche faisant heureusement partie des rares modèles réussis de cette version.

Bien que techniquement inférieurs, je regrette toutefois les graphismes plus colorés d'EECH1. Le nouveau moteur graphique nous offre de bien jolis effets mais les graphismes sont si sombres et ternes que cela à tendance à gâcher le plaisir visuel apporté par ces derniers.


Tous les modèles 3d des hélicos ont été refait...


... certains avec moins de succès que d'autres...


...ainsi que ceux des véhicules


Un convoi traversant une ville coréenne

 

Performances et compatibilité :

Vu les améliorations techniques du moteur 3d, on pouvait craindre une augmentation significative de la configuration minimum exigée pour ce simulateur. Il n'en est rien, l'éditeur annonce un pentium IV 2Ghz ou un Athlon 1700+ avec 128MB de ram comme configuration minimale, et recommande un 3ghz et 1giga de ram pour des performances maximales. A noter toutefois qu'une carte supportant les pixel shaders 2.0 est maintenant exigée (radeon 9500, ge-force 5200 et supérieures).

Pour une fois on peut dire que ces estimations ne sont pas trop optimistes. Ayant testé ce simulateur sur un Athlon 2600+, 1giga de ram, avec une radeon X1600Pro sous Windows XP acheté il y a 4 ans, j'ai pu faire tourner honorablement le simulateur avec les graphismes au maximum en 1024x768.

Bizarrement, les seuls ralentissements vraiment gênants (à la limite du jouables) avaient lieu sur la carte de campagne, d'autant plus lors du débriefing d'une mission. Ces ralentissement avaient déjà lieu avec EECH1 j'ai été un peu déçu de les retrouver dans cette version.

Au niveau de la compatibilité avec Windors Vista, le fonctionnement semble très aléatoire. Quelques visiteurs de SimHQ disent voler sous Vista sans aucun problème alors que Ghostrider et quelques autres n'ont jamais réussi à lancer le simulateur. Prudence donc si vous n'avez que cet OS à disposition.


Un Harrier attendant son départ en mission, la verrière ouverte


De nombreux types d'appareils sont présents, tous avec des petits détails sympa (p.ex porte ou soute ouverte une fois au sol)

Au niveau des périphériques, le Track-Ir est supporté avec 2 degrés de liberté (haut-bas/gauche-droite) ainsi que l'utilisation de Hotas et de périphériques multiples. J'utilise pour ma part mon Cougar avec les pédales de mon volant Ms Sidewinder en guise de palonnier et, malgré quelques petits problèmes d'affichage des axes dans le menu de configuration, tout fonctionne sans problème. On regrettera toutefois qu'aucun système de réassignation des boutons (ni même des touches clavier d'ailleurs) ne soit présent dans le jeu, ce qui risque de poser problèmes aux pilotes de disposant pas d'un joystick programmable.

Le Track-Ir cependant, du moins avec les réglages par défaut, n'est pas loin de l'inutilisable. Il manque sérieusement de réactivité et souffre d'un délai important entre vos mouvements et la transcription dans le simu comme c'était déjà le cas dans les premiers patchs d'EECH1 supportant ce périphérique. Cela prouve que G2 CES s'est contenté de reprendre tel quel ce qui existait déjà à l'époque dans la version communautaire sans chercher à l'améliorer (EECH1 propose aujourd'hui un support complet du TrackIR 6DOF sans aucun problèmes) et c'est bien dommage. Ce genre d'ennuis passe sans problème dans un patch gratuit mais ne devrait pas être présent dans un produit commercial !

Multijoueurs :

Comme le titre "Enemy Engaged" le laisse présager, un point particulièrement attractif d'EECH est le fait de permettre aux joueurs de s'affronter dans des missions ou campagnes "bleus contre rouges". Ainsi chaque joueur peut influencer le déroulement de la campagne en essayant d'emmener son camp vers la victoire. Cependant le mode multijoueur étant limité à 16 pilotes (ce qui est déjà raisonnable) les chances de croiser un appareil du camp opposé piloté par un humain reste assez faible.

G2 Games à bien compris l'importance que porte la communauté au mode multijoueur et met à disposition quatre serveurs hébergeant 24h/24 des campagnes et missions auxquelles peuvent participer les joueurs.


Approche discrète au dessus des eaux avec mon leader lors d'une escarmouche multijoueurs...


...avant une attaque simultanée à 4 hélicoptères contre un groupe de chars ayant laissé l'ennemi sans aucune chance de riposte

Lors de mes connexions je n'ai malheureusement croisé qu'assez peu de monde, et je n'ai jamais vu plus de 4 joueurs online sur le même serveur, volant chacun dans leur coin. Il est donc difficile de vous parler de la qualité (ou non) du code réseau. Il ne reste plus qu'a espérer que ces serveurs ne soient pas boudés trop longtemps par la communauté, au risque de les voir disparaitre sinon.

Quelques problèmes de "conflits" ont aussi été rencontrés entre le système de reconnaissance vocale et des softs tels que teamspeak. En effet la reconnaissance vocale n'est pas désactivable et continue à interpréter ce que vous dites lorsque vous communiquez avec vos coéquipiers humains.

Système de reconnaissance vocale :

Sur la boite, un logo "Voice Controled" a bien-sûr attiré mon attention. Cependant une fois dans le jeu, je n'ai trouvé aucun menu permettant de configurer ou tester la chose, bizarre... Un court passage dans le manuel nous signale juste les commandes à prononcer pour interagir avec le simulateur.

Une fois dans le simu j'ai eu beau tenter de prendre mon plus bel accent anglais le simu ne voulait rien savoir (pour faire taire les mauvaises langues OUI j'avais branché mon micro ;) ). J'ai finalement compris que le fait de prononcer les commandes n'ouvrait aucun menu et que l'on devait connaitre par coeur les commandes. Bref, première impression pas franchement convaincante.

A l'usage, il peut toutefois s'avérer pratique de commander ses ailiers par la voix même si il s'agit plus d'un gadget que d'un réel plus.


Une ancienne connaissance des joueurs d'EEAH :
le Havok


Un Hokum partant en mission

Bugs et "oublis":

Malheureusement, et cela devient presque une habitude dans le domaine des jeux informatiques (et encore plus dans la simulation de vol), EECH 2 est truffé de bugs. Après un jour d'utilisation, un utilisateur rapportait en déjà plus de 60 sur les forums de SimHQ. Cela va des indicateurs dans le cockpit qui ne fonctionnent pas, à des retours bureau en pleine mission. On pourrait citer également des erreurs de collision dans la campagne Corée qui risquent de vous faire exploser en vol à basse altitude suite à des collisions avec des arbres invisibles, le lever du jour qui se produit parfois à minuit, les fantassins et certaines bases aériennes invisibles, l'hélicoptère qui "glisse" au sol dès qu'on désactive les freins de parking (même moteur éteint), les touches CTRL, ALT et SHIFT à droite du clavier qui ne fonctionnent pas ou encore le Track-IR qui "plante" si les pastilles sortent de son champ de vision (ce point a été corrigé par un utilisateur via une dll à remplacer dans le répertoire du jeu).

Un point m'ayant fortement dérangé est l'absence de toute citation dans les crédits de l'équipe originale de Razorwoks ni même de l'équipe ayant créé la version moddée d'EECH sur lequel se sont basés les développeurs de G2 CES.


Le Black Hawk fait partie des appareils étant moins bien réussis dans EECH2 que leur équivalent dans le 1


Avec la couverture apportée par les nouveaux arbres, il faut être encore plus prudents avec les SAM

 

Conclusion :

Comme vu au cours de cette review, EECH2 sort aujourd'hui avec un gout d'inachevé.

S'agit-il d'une mauvaise simulation pour autant ? Non bien-sûr, au contraire, les campagnes dynamiques restent excellentes et le jeu bénéficie toujours de ce mélange simulation/gameplay fort sympathique même si le "hardcore simmer" puriste n'y trouvera certainement pas son bonheur, ou à l'opposé, un joueur cherchant un gameplay arcade lui reprochera certainement le manque d'action ou une trop grande difficulté.
De plus la remise à niveau graphique, même si certains (dont je fais partie) peuvent ne pas apprécier le style adopté, est toutefois la bienvenue.

La question de l'utilité d'investir dans EECH2 si on possède un exemplaire d'EECH moddé reste délicate. A moins d'être particulièrement attiré par les graphismes et les serveurs multijoueurs dédiés il est difficile de trouver un réel avantage à EECH2 sur son prédécesseur. D'autant plus qu'EECH1 se bonifie de versions en versions et continuera à progresser certainement plus rapidement que son successeur.

Un nouvel arrivant dans le monde de la simulation d'hélicoptères de combat trouvera, lui, un simulateur fort sympathique pour débuter "en douceur" le maniement de ces machines volantes, si toutefois les développeurs tiennent leurs promesses de support et travaillent dur pour corriger les problèmes rencontrés jusque là.

Dans tous les cas la balle et dans le camp des développeurs, qui devront travailler d'autant plus dur que l'équipe de modding d'EECH 1 ne s'arrêtera pas de développer de nouvelles améliorations pour la version originale de ce simulateur.

Pour ma part, je pense retourner à EECH1 et ses mods. Les forets 3d me manqueront, ainsi que les serveurs multijoueurs de G2 Games mais les apports des mods de la communauté sont suffisement nombreux (tout comme les bugs d'EECH2 d'ailleurs ;) ) pour vite me les faire oublier. C'est toutefois avec intérêt que je surveillerai la progression d'EECH2 avec les prochains patchs (le premier est d'ailleurs en préparation au moment ou j'écris ces lignes) en espérant avoir de bonnes surprises.

 

Merci à G2 Games de nous avoir fourni une version pour cette review

Black Wolf
www.checksix-fr.com