voir les articles ►◄ Rubrique:
.:: Review de Combat Flight Simulator 3 ::.
Tuesday 26 November 2002

Que cela soit bien clair. CFS 3 va être analysé ici en tant que simulation, car c'est sous cette dénomination qu'il est vendu. Si vous désirez avoir une analyse moins "exigeante" de CFS 3, vous en trouverez partout dans la presse ou les sites de jeux grand public. Je réponds ici, je le pense, aux attentes et aux besoins de personnes soucieuses de fidélité dans les modèles de vol, de bon rendu des sons, d'historicité lorsqu'on parle du second conflit mondial, d'immersion générale convaincante, bref ce qu'on recherche dans une simulation aérienne WW2 modèle. Vous êtes maintenant prévenus.
La machine de test est un AMD 1Ghz, doté de 512Mo de RAM et d'une GeForce 4 Ti4600, équipé avec Win98SE. Les screens sont en 1024x768. Je crois franchement que la Ti4600 y est pour beaucoup dans le test que va suivre, aussi je ne garantis rien pour les détenteurs de cartes aux performances inférieures…Même si le reste de leur config est bien au-dessus de la mienne!

CFS 3 est le descendant d'une désormais célèbre lignée de simulateurs de vols, constituant avec ses deux prédécesseurs la branche militaire de Microsoft Flight Simulator.
Il aura fallu attendre 1998 avant de voir enfin le premier représentant de cette espèce, avec CFS 1, lequel était centré sur l'Europe comme tant (trop) de ses concurrents directs de l'époque: European Air War (EAW), Janes' WW2 Fighters (WW2f) sans oublier Fighter Squadron (SDOE) arrivé quelques mois plus tard. A l'époque, bénéficiant du moteur de FS98, CFS 1 s'était plus imposé de par son ascendance prestigieuse plutôt qu'au travers de ses véritables qualités, réalisant pourtant une bonne performance pour 98, une année où la simulation était un véritable bassin de requins tous plus talentueux que les autres.

Un peu moins de deux ans plus tard, CFS 2, cette fois-ci en basé sur le moteur de FS2000arrivait dans les bacs, et ce dans un environnement marketing beaucoup plus favorable que CFS 1. Ayant le Pacifique pour champ de bataille, le jeu nous proposait des modèles 3D à couper le souffle, ouvrant de nouvelles perspectives graphiques pour les amoureux des warbirds. Manquant de profondeur à de nombreux niveaux, la simulation a depuis bénéficié des talents de sa communauté, qui l'a littéralement métamorphosée et a remarquablement renforcé son intérêt. Deux ans après, voici CFS 3, cette fois équipé de certains éléments du moteur de FS 2002 [NDA: éléments en plus petite quantité en effet, après confirmation par des membres de la communauté et les annonces de Microsoft, le reste du moteur étant propre au jeu - 26/11/02 22h], , qui nous tombe dans les pattes, ceci un an après la sortie de Il-2 et 3 mois avant celle de Forgotten Battles. Que vaut réellement le petit dernier de Microsoft, d'abord en soi-même, et vis-à-vis de la concurrence?
A mon grand soulagement, tout se passa sur des roulettes une fois le jeu lancé, et ça marche toujours aussi bien quelques jours après. Aussi, je ne me plaindrai pas de la stabilité. De même, je vais peut-être m'attirer des curieux (plus que des envieux), mais chez moi ça reste tout à fait jouable en 1024x768, tous détails à fond (niveau 5), 16 avions en l'air, 4 bateaux "au sol", et de beaux nuages au-dessus de tout ça. Mais bon, comme dans le cas de Rowan's Battle of Britain (BoB) à l'époque où j'y avais joué, mon ordinateur doit être entouré d'une mana impénétrable surnaturelle envoyant au loin les mauvais esprits.

Le menu principal a un design très rafraîchissant. Il met en scène le dernier appareil sur lequel vous avez volé; on le voit stationné au sol à la base, verrière ouverte, avec votre pilote qui effectue des assouplissements à côté, tout ça avec une petite musique de fond qui ne mange pas de pain. On s'y croirait! Une idée à recycler pour le futur…
Les options sont disponibles en haut à droite. On y trouve le désormais habituel panel de possibilités offertes à l'utilisateur. Toutes les commandes du jeu sont en outre paramétrables.
Sur le côté gauche, vous trouvez les modes de jeu d'usage: mission rapide, mission unique, campagne, multijoueurs et… c'est tout. Mais où est passé l'éditeur?! On nous le promet, paraît-il, plus tard sous la forme d'un download additionnel. Il n'y a plus qu'à prier.

Allons, prenons le taureau par les cornes, tous les détails au max et une petite mission rapide.
Je zappe rapidement entre les différents appareils disponibles…
Tout de suite, l'éventail d'aéronefs a de quoi impressionner le pilote en herbe. La simulation a pour objectif de recréer les combats entre 1943 et 1945, et c'est plutôt bien parti au vu de la gamme proposée. Il y a de quoi couvrir en gros une grande partie de ce que les groupes de chasse ont utilisé à partir de 1943.
Tout n'est pourtant pas noir: si on fait abstraction de cette petite sélectionne bien propre au logiciel, on trouve tout de même une panoplie assez large de chasseurs-bombardiers monoplaces, avec côté britannique
- Le Supermarine Spitfire Mk.IXc (2x20mm, 4x.303 – version Low Flight – LF – avec moteur RR Merlin 66)
- Le Supermarine Spitfire Mk.IXe: doté d'un Rolls-Royce Merlin 66 comme le précédent, 4 pales aussi et ailes tronquées, avec armement type E – 2x20mm, 2x.50 – une version plutôt insolite qui, d'après le texte du simulateur, est spécialement dédiée à l'attaque au sol… On aurait peut-être préféré un véritable Spit XIVe livré avec un beau Griffon, mais le choix d'un tel appareil témoigne encore une fois de l'orientation "Tactical Air Force" de CFS 3.
- Le Hawker Typhoon Mk.Ib
- Le Hawker Tempest V (avec croix de lorraine en prime disponible comme blason, de même que sur le Spit, c'est assez chouette!)
- Le DeHavilland Vampire F MkI (dommage qu'il n'y ait pas de Meteor…)

côté américain
- Le P-38J Lightning
- Le P-38L Lightning (P-38 remotorisé)
- Le P-47D Thunderbolt "Early" (en fait plutôt un P-47C avec verrière razorback, vu qu'ils le rendent disponible dès mars 43)
- Le P-47D-25 Thunderbolt (avec cockpit goutte d'eau bien sûr…)
- Le P-51B Mustang
- Le P-51D Mustang
- Le P-55 "Ascenser" (un proto avec moteur type push et une aérodynamique peu avenante)
- Le P-80 Shooting Star

côté allemand
- Le Messerschmitt Bf-109 G6 (pas plus de précisions dans la dénomination...)
- Le Messerschmitt Bf-109 G10 (avec un Mk108 dans le nez)
- Le Focke-Wulf Fw-190 A5
- Le Focke-Wulf Fw-190 A8
- Le Messerchmitt Me-262 A1 (et ses classiques 4x30mm/Mk108)
- Le Messerchmitt Me-262 A1/U4 (anti-bombardiers, avec un gros canon dans le museau)
- Le Messerchmitt Me-262 A2 (version de bombardement du Schwalbe)
- Le Dornier Do-335 A1 (le Pfeil, célèbre chasseur Push-Pull que Clostermann croise au détour d'une page du Grand Cirque)
- Le Dornier Do-335 B2 (version anti-bombardier avec deux 30mm de plus dans les ailes)
- Le Gotha Go-229 A0 (l'aile volante des frères Horten aux performances douteuses…)

Soit tout de même 23 monoplaces, un nombre de machines très honorable il faut le reconnaître! Et ce n'est pas fini!
Saluons franchement l'inclusion méthodique de plusieurs versions de B-25 (C, H et J avec 12xM2 de 12,7mm tirant vers l'avant, trois appareils uniquement disponibles dans la RAF bien sûr), Mosquitos (Mk.VI non armé et Mk.XVIII), B-26 (C et G), et Ju-88 (A4, C6, P4 avec ce qui ressemble à un canon BK de 50mm), pilotables qui plus est, qui ajoutent une touche originale au produit, et raviront les amoureux des bombardiers moyens, trop souvent sous-modélisés et marginalisés. En toute honnêteté, je tire ici mon chapeau à l'initiative.

Ce bel effort est malheureusement en partie gâché par le fait qu'il n'y ait – tenez-vous bien - AUCUN quadrimoteur dans le jeu: pas de B-17, ni de B-24, et encore moins de quadrimoteurs britanniques, pas même en IA. De plus, il apparaîtrait malheureusement que leur gestion dans un third-party addon soit tout simplement impossible, ou du moins très difficile… CFS 3, ou comment gagner la guerre en Europe de l'ouest avec la Tactical Air Force! On croit rêver! C'est d'autant plus dommage que le gibier du Schwalbe A1/U4 se limitera au mieux à un B-26 ou un B-25, alors qu'il avait pourtant été spécialement conçu pour effacer les Fortress et les Liberator du ciel...
Reste que le panel de CFS 3 nous propose rien moins qu'un total de 34 appareils, 18 modèles si on fait abstraction des déclinaisons d'une même cellules (et certaines sont loin de faire redondance). Bon, on regrette quand même le Fw-190D, le Bf-110G, l'Arado 234 (ce qui est plutôt étonnant en l'occurrence!), le Spit XIV, le A-26 ou le V-1 (mine de rien, ça fait quand même un petit trou tout ça…). Mais ce n'est pas tous les jours qu'on a l'occasion de piloter un Vampire ou un B-25, soulignons-le! C'est déjà une belle initiative.

  Alain-James
  La suite >>
- Executé en 0.1368530 ms -
- 2 requetes au total -
- ©2003 Bernard Valencelle 'Benhur' -