voir les articles ►◄ Rubrique:
.:: Modèle de vol du Spitfire Bob vs le vrai Spitfire ::.
Thursday 14 August 2003

Voici un série de deux articles de Richard Ordway, pilote d'avion dans la réalité, qui exprime ici les qualités et les défauts du jeu BoB, mais surtout compare le modèle de vol du Spitfire proposé dans le jeu au vrai Spiftfire...texte original en anglais:
http://www.bob-ma.org/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=130
Voici aussi une page avec plein de photos de l'avion que ce monsieur a piloté, c'est un Spitfire Mk IX, propriété de Bill Greenwood
http://www.us-aircraft.com/walk/supermarinespit.htm

Première partie de l'article:

Battle of Britain est une première grande simulation personnalisée de la Bataille d’Angleterre. Si les Anglais avaient perdu, le cours entier de la guerre aurait pu changer. Car il n’y aurait eu aucun point de chute pour les Alliés pour pouvoir attaquer l’Allemagne : la Forteresse de l'Europe, ni aucune distraction supplémentaire pour affaiblir les forces d'Hitler ... Celui-ci aurait pu tout simplement gagner la guerre contre la Russie s'il avait gagné la Bataille d’Angleterre. L'Amérique aurait eu bien du mal pour rétablir la paix.
Vous pouvez piloter un grand panel d'avions allemands et britanniques dans BoB.

Je trouve d'abord que BOB est un des meilleurs simulateurs de dogfight pour des avions à hélice... de cette période. Pour moi, il est meilleur qu'EAW ... j'aime le réalisme, mais aussi la simulation. C'est une simulation de qualité , pas juste un bon sim. La campagne est très prenante (pour moi) ...et intuitive, vous pouvez contrôler la campagne et vous êtes guidé d'un écran à un autre ... si bien que vous n'avez pas à en faire beaucoup si vous le désirez , si ce n'est de voler.


Points positifs :

1. Points forts du modèle de vol : le modèle de vol est superbe (sur le niveau de réalisme le plus haut , mais des niveaux plus faciles sont disponibles).
a) Modélisation des roulis brusques, chose que même « Warbirds » ne modélise pas.
b) Taux de roulis variable selon la vitesse. Les ailerons entoilés vous freinent vraiment aux vitesses moyennes et élevées.
c) Modélisation de la très forte sensibilité en tangage que j’ai expérimentée sur le Mk IX à Aspen, Colorado.
d) Très bonne modélisation de l’effet de torsion au niveau élevé de réalisme.
e) Modélisation des calages moteurs en G négatifs sur les avions concernés par ce problème.
f) Rapide dégradation de la vitesse dans les virages.
g) Fluidité sur mes deux pc.
h) Communications élaborées avec les ailiers.
2. Facilité d'entrer dans le jeu... tout est paramétré sur facile par défaut et il n'y a qu'à appuyer sur un bouton pour voler.
3. Tutoriaux valables
4. Facilité de faire voler l'avion sur un cran de réalisme facile.

5. Une des meilleures atmosphères "réaliste" que j'ai jamais connues sur un simulateur à hélice .... on peut sentir le modèle via le manche du joystick FF.
6. Des campagnes intéressantes avec une possibilité de gestion par défaut si vous ne voulez pas vous donner la peine de jouer un rôle de commandant planifiant toute la campagne

7. Des longs nez facultatifs pour les avions, visible du cockpit, comme je l'ai observé dans la réalité avec des avions comme le Mustang en Floride et le SPITFIRE à Aspen
8. Le nombre impressionnant d'avions volant en même temps et ce de façon intelligente.

9. L'AI (l'intelligence artificielle) est très bonne, variée et crédible à mon point de vue.
10. Vous avez des systèmes de vue excellents avec un standard de 15 vues pré-définies, des vues panoramiques, des vues extérieures etc.

Critiques :

1. Je ne vais pas vous raconter tous les problèmes d'installation que j'ai eu sur mes deux sytèmes … mais pour moi cela a était l'enfer... sur mon système vous deviez éditer un fichier texte pour lui rentrer des instructions ….etc….
2. Modèle de Vol :
a) Il ne continue pas à déraper tant que vous tenez votre pied sur la pédale de gouvernail comme il se doit, et comme le fait chaque avion que j'ai eu l’occasion de piloter en réalité, exception faite de l'Aircoup (qui n'a aucune pédale de gouvernail). Les avions de BOB exécutent un mouvement initial et s'arrêtent ensuite bien que votre pied continue toujours d'appuyer sur la pédale, comme c’est le cas pour moi. Le Mustang et le SPITFIRE, par expérience, continuent à déraper si vous continuez à appuyer sur la pédale de gouvernail.
3. Le graphisme ... est de la qualité de Mig Alley.. c'est-à-dire exploitable. Vous avez des arbres et des forêts pour l’agrémenter ... mais ils sont exploitables comme dans EAW. Cependant, la vue aérienne du pays est tout à fait convaincante à environ mille pieds. C’est une des meilleures simulations jamais sorties depuis celle de Lucas Arts 1989 "Their finest hours" , à mon avis. C'est un simulateur de haute qualité .... et jouable sur des modes de réalisme les plus faciles si ceux-là sont sélectionnés.
Traduction d’un texte en anglais réalisé par Richard Ordway


Deuxième partie de l'article :
Voici un article a propos de la sensibilité en tanguage du Spitfire, dont de nombreux pilotes sur BoB se plaignent:


"Esa" affirme :

"Le modèle de vol est horrible (en tout cas c’est ce que je pense. Pourquoi auraient-ils conçus ces avions si instables, même lorsqu’ils sont très éloignés de leurs limitations structurelles, et alors qu’ils avaient la réputation d’être des avions faciles à piloter ? (pour le Spit I/A et le Bf 109)."

Réponse de Richard Ordway :

Je ne suis pas d’accord. Le Spitfire que j’ai piloté (celui de Bill Greenwood) était si sensible en tangage et en lacet que même après 200 heures de vol en compétition de voltige à bord d’un Pitts Special, il m’a fallu faire preuve de doigté.

Je ne peux déplacer le manche en tangage qu’à la moitié de sa course pour avoir un voile gris (à la vitesse de croisière). Pour toutes les manœuvres que j’ai réalisées, boucles, tonneaux, récupérations de piqué, décrochages, je n’ai utilisé le manche qu’à la moitié de son débattement en tangage. C’était équivalent à un débattement complet du manche sur la plupart des avions. C’est tout ce dont j’avais besoin. C’est sensible à ce point.

Le propriétaire affirma que les ailes et le fuselage de l’avion avaient été ajustés au centre de gravité et aux masses telles qu’elles étaient réparties sur les Spitfire de la Seconde Guerre Mondiale.

Un pilote de chasse de l’US Air Force d’aujourd’hui a piloté cet avion et a subi un voile noir complet en tirant brusquement le manche dans un virage.

"Le Spitfire était connu pour être assez instable en tanguage pendant toute sa carrière opérationnelle. Vous bougez le manche en tangage et il répond violemment. Extrêmement sensible.

A mon avis, BoB restitue ceci très bien. Ce serait criminel de pouvoir, en mode réaliste, tirer violemment le manche sans que l’appareil n’ait envie de vous mordre (sic). Le modèle de vol facile est fait pour ça. Vous n’avez donc pas à vous préoccuper de ça si vous n’en avez pas envie.

Durant la Seconde Guerre Mondiale, il apparaît que le Spitfire était presque toujours sur-compensé lors du premier vol, même au mains de pilotes de chasse confirmés. Vous pouvez lire à ce sujet le récit de Bill Dunn, le premier as européen de l’US Air Force, dans " Fighter Pilot ". J’ai d’ailleurs eu l’occasion de lui parler personnellement à ce sujet.

Le Spitfire de Bill Greenwood vous plaquera également la tête contre le côté de la verrière si vous lui appliquez tout au plus 50% de la course du palonnier à la vitesse de croisière. Là encore il est extrêmement sensible.

Cependant les ailerons sont très lourds, selon moi encore plus lourds que ceux du Mustang à la vitesse de croisière…ce n’est pas un avion très bien équilibré. Facile à voler …oui mais pas dans le sens d’une plate-forme de tir.

Quand j’ai essayé d’aligner le nez du Spit sur le dessus des nuages ou le sommet des montagnes (NDT : le Spit en question est basé à Aspen dans le Colorado, Montagnes Rocheuses donc ), le nez avait tendance à un peu « rebondir » vers le haut et le bas…pas facile de viser. Dans le Mustang, le contrôle du tangage se faisait vraiment " sur des rails " (en comparaison avec son domaine de vol) et il était facile de pointer le nez sur la cible, même en vol inversé (dans mon cas…c’était un bateau de pêche lollll)

Aussi, lorsque j’ai choisi le mode facile de BoB, je l’ai trouvé aussi stable qu’un Cessna, vous pouvez tirez sur les commandes comme vous voulez, ça ne décroche pas. Vous pouvez toucher le sol avec une aile et ça continue de voler. Les gens peuvent utiliser ce mode si ils veulent.

Je pense que BoB a fait du bon boulot. C’est mon opinion."


Richard Ordway.

traduction du texte par Hurricane et Pulsars

texte original en anglais à:
http://www.bob-ma.org/modules.php?name=Forums&file=viewtopic&t=130

  pulsars
   
- Executé en 0.0335410 ms -
- 2 requetes au total -
- ©2003 Bernard Valencelle 'Benhur' -