voir les articles ►◄ Rubrique:
.:: Over the Beach - The Air War in VietNam ::.
Sunday 07 December 2003

OVER THE BEACH – The Air War in VietNam
Zalin Grant
WW Norton & Company (USA) 1986
ISBN 0 393 02332 X
Langue : US / 310 pages / Niveau : moyen-difficile
Ecriture : Standard 1.7 mm

La guerre aérienne au Nord VietNam de 1966 à 1972 à partir du porte-avion USS Oriskany

L’auteur :
Zalin Grant est journaliste et a séjourné 5 ans en Asie du Sud-Est comme correspondant de guerre.

Avis personnel :
Ce livre se présente sous la forme d’un roman et à ce titre, il est passionnant. L’idée de présenter une facette de la guerre du VietNam de cette manière est un véritable coup de maître.
Mais ce que vous lirez n’est pas de la fiction. Nous sommes vraiment en guerre et dans ces circonstances dramatiques, toutes les nuances de l’âme humaine vont se révéler dans ce qu’il y a de plus grand et ce qu’il y a de plus misérable. La violence inouïe du quotidien des hommes engagés dans le conflit ne trouvera sa justesse que dans la franchise et la pudeur des idées véhiculées par l’auteur.
Ce livre est beau et vraiment poignant, poignant d’une vérité qui par sa nature, va s’infiltrer peu à peu en vous et vous rappeler ce que peuvent représenter les vertus du courage, de l’abnégation, de l’humilité et surtout de l’espoir.

Le contenu :
Zalin Grant a effectué deux longs séjours à bord d’un même porte-avion durant le conflit. Il a suivi en particulier les escadrons de combat VF162 Hunters et VF194 Red Lightnings et a recueilli de nombreuses interviews de la part de ses pilotes. Les enregistrements, les notes accumulées durant sa longue présence en Asie ainsi que des données de sources extérieures ont permis la rédaction de cet ouvrage.

La vie des équipages telle que décrite est réelle. Les missions telles que relatées sont réelles. Les noms des personnages tels que cités sont réels et d’ailleurs vous en rencontrerez que vous connaissez déjà.
Dans ce livre, vous ferez donc partie intégrante d’un escadron de chasse de l’US Navy à bord du porte-avion USS Oriskany.
Ce porte-avion est celui qui a subi les pertes les plus élevées parmi tous ceux qui ont été engagés dans le conflit du VietNam : 109 avions perdus au combat et accidents en opération entre le 26 Août 1965 et le 13 Décembre 1972.

Le point central de ce livre s’articule autour du bombardement d’un même pont, celui de Co-Traï situé au sud de Hanoï, le même jour de l’année 1966, 1967 et 1972 : le 19 Juillet.
Ce pont n’a jamais cédé et il continue à se dresser tel un trophée symbolisant les échecs et aiguisant les frustrations des acteurs de cette longue guerre aérienne, furent-ils soldats, marins, aviateurs ou bien politiciens.
Mais plus loin encore, ce pont, d’une autre façon, représente à lui tout seul et de manière bien marquée la controverse qui a résulté des orientations décisionnelles de Washington à propos des tactiques destinées à faire plier Hanoï et ses imperturbables et stoïques défenseurs. Le résultat en a été que ces derniers, dans leur détermination toujours grandissante, ont développé le système de défense anti-aérienne le plus destructif jamais élaboré et qui a conduit à la neutralisation de quelques 928 avions américains.

En partageant la vie des pilotes et en participant à leurs missions, vous réaliserez que ces hommes, considérés comme faisant partie de l’élite militaire de l’Amérique, sont faits de chair et de sang et donc capables d’éprouver des émotions et de mener une réflexion profonde sur leur condition et leur rôle réel dans ce conflit au fur et à mesure des évènements, fussent-ils heureux ou bien dramatiques.

Vous verrez comment un élément d’élite peut être sujet à de profondes angoisses la veille d’une mission de bombardement, à lui en faire perdre le sommeil et ainsi accentuer son épuisement.
Vous verrez comment un élément d’élite peut devenir croyant pratiquant et se mettre à prier peu avant le briefing de la mission.
Vous verrez comment un élément d’élite peut perdre toute concentration durant le briefing de la mission tellement ses pensées sont à sa famille.
Vous verrez comment un élément d’élite peut, en cours de mission, invoquer une panne de système et se défiler.
Vous verrez comment un élément d’élite peut, pour libérer la tension, enfreindre les règles les plus élémentaires de sécurité en vol et risquer ainsi sa vie et celle de ses équipiers.

Mais vous verrez également comment un être humain est capable d’inhiber ses peurs les plus ancestrales le moment venu, pour se concentrer sur l’objectif de la mission afin de la mener à bien, en dépit de tous les éléments qui vont chercher à faire de lui un effectif supplémentaire qui sera inscrit sur la longue liste des valeureux disparus de la Navy.

Mais missions après missions, cette alternance violente et répétée de surpassement et de renoncement de soi va faire en sorte que certains ne se sentiront plus à leur place dans cet univers dont ils avaient fait leur idéal et pour lequel, à la sortie de l’adolescence, ils s’étaient appliqués et investis avec tant d’ardeur, d’énergie et de conviction afin d’y être acceptés.
Hélas, une communauté aussi soudée et monstrueusement ritualisée que celle des pilotes de combat de l’Aéronavale des Etats-Unis, une communauté pour laquelle l’échec ne peut être envisagée, une communauté pour laquelle l’aura ne peut en aucun cas être entachée, n’accordera aucun pardon à ses brebis galeuses et je vous laisserai découvrir le sort pathétique et peu enviable qui pourra être réservé au malheureux qui aura osé rendre ses ailes et défier ainsi un ordre préétabli depuis des décennies sur la base d’une forteresse imprenable et dont la sacro-sainte règle d’or s’apparente aux vers du poème ‘Ulysses’ d’Alfred, Lord Tennyson :
‘‘…Allons mes frères, partons en quête d’un nouveau monde
‘‘et j’ai pris pour but l’horizon de la mer du couchant
‘‘et quoique dépossédés de l’ardeur de nos forces d’antan qui bousculaient le ciel et la terre
‘‘nous sommes ce que nous sommes, oui, l’âme trempée et le cœur héroïque
‘‘bien affaiblis hélas par les ans mais forts de la volonté de combattre
‘‘chercher, trouver, et ne rien céder.

Bien sûr, comme dans toute guerre, celle-ci aura son cortège de morts et de prisonniers.
Vous verrez que même, dans les circonstances de vie les plus humiliantes et les plus dégradantes du Hilton de Hanoï ou autre camp de jungle, l’être humain est capable, malgré une soumission totale, de garder sa dignité.
Mais celle-ci doit avoir des limites et, pour ne pas l’avoir compris ou avoir refusé de le comprendre, certains le paieront cruellement de leur vie.

S’il est possible pour la famille de faire le deuil d’un mort au combat, s’il est possible pour la famille d’espérer de toutes ses forces le retour d’un prisonnier de guerre, que peut-il en être pour la famille à qui la Marine a adressé une lettre avec la mention ‘Porté Disparu’.
Vous allez ainsi vivre le drame de Marilyn Elkins dont le mari a été abattu un jour d’octobre 1966.
Vous la suivrez dans sa lente descente aux enfers dans son combat contre la bureaucratie militaire et contre une dépression chronique et récurrente.
L’espoir et la ténacité vont l’amener à s’exiler un temps loin de sa patrie où elle fera quotidiennement le siège d’une ambassade pour laquelle elle ne sera qu’un problème supplémentaire et bien insignifiant face à celui de la longue marche qui conduira à la signature d’un traité de paix.
L’indice qui aurait pu apaiser sa détresse et réduire son désarroi, hélas ne lui sera jamais fourni par aucun des deux belligérants de cette guerre.
Mais la vie continue et il faut quand même lui donner un sens, même s’il vous manque une grande partie de vous-même. Ainsi donc cette vie prendra de nombreuses orientations, mais ces dernières ne seront que le reflet d’une longue errance aveugle et solitaire.

En conclusion :
* LtJG Everett Alvarez USN : 23 ans - 1er pilote prisonnier de guerre détenu au Nord VietNam - Abattu le 5 Août 1964 – Libéré en Mars 1973…
* Cdr Dick Bellinger USN : Commanding Officer VF162 Hunters – Mig 21 Killer 9 Octbre 1966 - Alcoolique - Mort de la maladie d’Alzheimer…
* Cdr Dick Wyman USN : Pilote VF162 Hunters – Commanding Officer F-4 Squadron – Crise cardiaque à 41 ans - Citation :’’…les pilotes de l’Aéronavale subissent plus de stress et ont une espérance de vie plus courte que de nombreux autres professionnels. Si vous ajoutez à cela 2 campagnes de combat, alors vous aurez un problème potentiel… On peut dire cela à propos de beaucoup d’entre nous qui ont servi au Viet-Nam’’…
* Lt Franck Elkins USN : Abattu le 12 Octbre 1966 – Porté Disparu – Ses restes furent identifiés et renvoyés aux Etats-Unis en 1990 - 24 ans après – Quelqu’un, quelque part, a enfin pu faire son deuil…

SpruceGoose

  SpruceGoose
   
- Executé en 0.0237732 ms -
- 2 requetes au total -
- ©2003 Bernard Valencelle 'Benhur' -