voir les articles ►◄ Rubrique:
.:: AGM-88 HARM ::.
Sunday 25 November 2001

Les missiles ARM's (Anti Radiation Missile) sont la principale arme utilisée par les appareils occidentaux pour la destruction d'une menace (électronique) ; simples radars, radar GCI (Ground Control Intercept), Systèmes d'acquisitions des SAM's et systèmes de contrôle de tir des SAM's et des AAA's. Sans ARM's la mission des avions chargés de la destruction des défenses anti-aériennes s'avère difficile et potentiellement coûteuse en appareils et en équipages. Ce qui est encore plus évident avec la dernière génération de SAM's.

L'importance des ARM's dans une bataille moderne ne peut être sous-estimée. Durant l'opération Desert Storm l'aptitude des allies à saturer les défenses anti-aériennes Irakienne grâce aux ARM's durant les premières 24/h du conflit fut un facteur décisif de la victoire finale. Près de 2200 ARM's ont été lancés par des appareils US et britanniques durant cette campagne. Dix ans plus tôt la victoire décisive des Israéliens sur les Syriens dans la vallée du Bekaa est grandement imputable a l'utilisation massive d'armes de type ARM.

Les ARM's ont fait leur apparition au Nord Viêt-Nam ou les WILD WEASELS Américains utilisaient le simple et peu coûteux AGM-45 SHRIKE (dérivé du AIM-7 Sparrow) et le plus évolué AGM-78 STANDARD (évolution d'un Sam naval) en grand nombre. Ces missiles "remontaient" les émissions radar jusqu'à leurs sources et détruisaient/endommageaient les antennes, radars et autres composants . Cela rendait la batterie inopérante jusqu'a réparation ou remplacement des parties endommagées.

Pour apprécier les qualités des ARM's il nous faut comparer certaines de leurs performances a celle des forces ennemies; les principaux paramètres sont les suivants :

* portée maximum : distance a laquelle un appareil, à une altitude donnée, est en mesure de traiter une cible potentielle.

* vitesse : en combien de temps le missile est en mesure d'atteindre sa cible. Un missile "lent" est moins efficace car il offre la possibilité à l'opérateur radar de couper toute émission....donc le missile perdra sa cible.

* amplitude de fréquence : détermine le nombre de différents types de radars que le missile est en mesure d'accrocher et d'attaquer. Les basses fréquences sont utilisées par les radars et les GCI alors que les hautes sont utilisées par les radars de contrôle de tir.

* limitation de la densité des émissions : le missile est capable de faire le "tri" de toutes les émissions dans un environnement hautement surveillé et de ne se concentrer que sur les plus dangereuses.

* contre contre-mesures électroniques : détermine la capacité de résister aux contre- mesures ennemies.

* efficacité : détermine la précision et la puissance de l'impact, détermine le nombre de chances de détruire l'objectif. Si l'arme a une faible efficacité il faudra plus de tirs pour traiter la cible.

* adaptabilité : détermine le nombre d'avions en mesure d'employer l'arme en question

* flexibilité : détermine toute les manières possibles d'employer l'ARM. Plus il y en a plus il est difficile de savoir comment le leurrer.

* coût : détermine le coût de chaque tir d'ARM ($)

* intégration : détermine la capacité d'exploiter l'avionique propre à l'avion lanceur pour utiliser l'ARM (radar, RWR)

AGM-45
AGM-78

Texas Instruments AGM-88 High speed Anti-Radiation Missile

Le TI AGM-88 est le principal missile ARM des forces américaines et est également le plus diffusé de sa catégorie. Il est évident que son origine remonte a la fin du conflit dans le sud-est asiatique ou il devint clair pour les Américains qu'il devraient disposer d'un missile bien plus efficace que les SHRIKE et STANDARD pour vaincre les défenses anti-aériennes soviétiques. La principale limite des premiers ARM's, comme le SHRIKE, résidait dans leur faible sensibilité d'acquisition ,dans le non moins faible champ de couverture des fréquences et dans leur relative faible vitesse . De plus les SHRIKE's devaient être programmés manuellement avant le décollage pour un type donné de radar étudié lors du briefing.

Les premières études furent entreprises en 1972 et en 1974 l'US NAVY signa un contrat de développement avec TI qui produisait déjà le SHRIKE.

Le AGM-88A entra en service en 1983 et constitua une avancée majeure par rapport aux précédents missiles. Ce missile utilisait une nouvelle antenne, une tête chercheuse programmable conceptuellement semblable a celle d'un RWR offrant une couverture de la bande C a la bande J (2-20 GHz). Il utilisait en outre une charge cubique a fragmentation et un moteur fusée a faible visibilité (peu de fumée). Il avait ,de plus, une plus grande vitesse et une plus longue portée que ses prédécesseurs.

Mais la plus grande innovation résidait dans le fait qu'il possédait une tête chercheuse capable de reconnaître les différentes impulsions des différents radars ennemis un peu comme le fait un RWR ( Radar Warning Reicever). Ce qui veut dire qu'a tout moment le missile était capable d'engager n'importe quel radar. En fait le HARM offrait une meilleure sensibilité que la plupart des RWR's de l'époque, si bien que les pilotes l'utilisaient conjointement au RWR pour la surveillance des menaces environnantes.

Le Harm fut rapidement déployé et autorisé sur un grand nombre d'avions US. L'USAF le déploya sur ses F-4G et plus tard sur les F-16CJ. L'US NAVY l'utilisa initialement sur ses A-6E et A-7E et par la suite sur le F/A-18 Hornet, dans tous les cas utilisant un ordinateur de commande de lancement (CLC , Command Launch Computer) pour "relier" le missile à l'avionique embarquée. Plus tard les EA-6B Prowler furent equipés a leurs tour d'un CLC et d'un HCP (Harm Control Panel), pour pouvoir emporter le Harm dans leurs missions de guerre électronique. Le plus grand utilisateur européen de cette arme fut et est sans conteste la LUFTWAFFE qui l'utilise avec ses Tornado's ECR (Electronic Combat Recce) et IDS (Inter-Diction and Strike). Les tornado's ECR sont équipés d'un système de localisation d'émissions radar (ELS, Emission Location System) de chez TI (qui décidément s'en met plein les poches , pas seulement avec des calculatrices) et sont l'equivalent des F-4G.

Le Harm fut utilisé réellement (en condition opérative) pour la première fois dans deux frappes américaines contre la Lybie (1986), la plus connue de celles-ci étant celle conjointement menée par l'US air force et l'US NAVY contre Tripoli et Benghazi. Les rapports de l'époque indiquent qu'il a engagé avec succès des SA-2 , des SA-3 et des SA-5. Par la suite, la guerre du Golf a vu le Harm mettre à genoux les défenses Irakiennes en peu de temps.

  Patrick 'Merlin' Bravin
  La suite >>
- Executé en 0.0283680 ms -
- 2 requetes au total -
- ©2003 Bernard Valencelle 'Benhur' -