voir les articles ►◄ Rubrique:
.:: Pacific Fighters: premier aperçu ::.
Saturday 28 August 2004

Les cartes restent d’une taille raisonnable, mais ne couvrent bien sûr pas le théâtre sur sa totalité. Ainsi, le système n’a pas évolué depuis Il-2 du nom, et reste circonscrit à la représentation d’un seul et unique espace rectangulaire de quelques centaines de kilomètres de côté, modulable selon la zone représentée. Si c’est parfaitement suffisant dans le cas des atolls ou même d’un île de taille moyenne comme Leyte, il est hors de question cependant d’inscrire ces cartes dans des ensembles plus généraux. Ainsi, la carte Guadalcanal se limite bien à l’île en question et à ses alentours immédiats – n’espérez pas pouvoir y faire figurer Rabaul par exemple. Un trajet direct Henderson Field ou Port Moresby – Rabaul d’un seul battement d’aile reste du domaine de l’utopique, de tels trajets exigeant des cartes quatre ou cinq fois plus étendues qu’à l’heure actuelle. Or, sur de nombreuses cartes, on atteint déjà la limite extrême utilisée lors de la conception du secteur de Leningrad dans Forgotten Battles – d’où une certaine appréhension bien compréhensible à l’idée de pousser plus loin, et ce bien qu’aucune de ces cartes, Oahu et le Japon septentrional mis à part, n’ait un taux d’urbanisation comparable à celui de Leningrad ou de Helsinki. Le seul avantage du Pacifique en la matière, ce sont les grandes étendues d’eau, faciles à reproduire et moins gourmandes que les quartiers de Berlin… Mais soyez bien assurés que ce choix est bel et bien motivé par des exigences techniques : des cartes de l’étendue de celles de 1942:Pacific Air War dans le cadre du moteur de PF mettraient à genoux nos PCs actuels les plus puissants…

Cependant il ne faut pas s’attendre non plus à des miracles au niveau de la conception des cartes. Celle de Oahu, malgré tous les efforts de Luthier, reste par exemple tributaire des objets de FB et de PF, de telle sorte qu’il est inutile de s’attendre à du photoréalisme dans la représentation de Pearl Harbor. A l’inverse, l’utilisation de textures bien spécifiques sur de nombreuses cartes plus modestes – Midway ou Betio/Tarawa pour prendre des exemples archi-connus – permet de reproduire très fidèlement l’aspect des deux bancs de sable et de leurs installations. De même, quiconque aura déjà eu accès à des prises aériennes de Iwo Jima ou de Peleliu reconnaîtra sans peine le dessin des pistes japonaises, fidèle à leur aspect historique. Disons plus généralement que personne n’aura à nouveau le choc que l’on a pu ressentir à la vue de la carte Stalingrad du Il-2 original.
Pour l’instant, les zones simulées à peu près pour sûr seront Oahu, Midway, Guadalcanal, Singapour, Milne Bay, Iwo-Jima, Chi-chi Jima, Okinawa, Tarawa, la pointe sud du Japon, Wake Island, les Mariannes et les Palau (il y a déjà de quoi faire – à ceci, il faut ajouter plusieurs cartes multi et cartes navales pour les combats de porte-avions). Mettez une option sérieuse sur Luzon et Leyte, bien que rien ne soit moins sûr que leur disponibilité finale (cela dépendra du temps disponible). Si carte continentales (Birmanie, Chine méridionale) il doit y avoir, elles devront cependant attendre les extensions et les patchs ultérieurs.

Enfin d’un point de vue technique, sachez que les quelques nouveaux effets de Pacific Fighters – et parmi lesquels principalement les nouveaux effets de vagues dont vous avez eu un aperçu dans quelques unes des photos de cet article – nécessiteront la possession d’une carte 3D bien évoluée et très optimisée du point de vue de la gestion des Pixel Shaders. Si pour l’instant il subsiste quelques incompatibilités et limitations, Oleg a promis d’optimiser du mieux possible le moteur sur ce point. Par contre pas de nouvelles quant à la prise en charge de nouvelles technologies telles que le Geometry Instancing des dernières ATI. La configuration, mis à part le volet des cartes graphiques, n’a pas franchement changé depuis Forgotten Battles, et sauf dans le cas de la situation « j’aime les peplums et je l’assume » déjà abordée plus haut, il n’y a pas de raison sérieuse pour qu’on ait besoin de changer sa machine pour les yeux de PF, aussi jolis soient-ils (et ça, moi qui suis toujours le propriétaire d’un mini Ghz solitaire, je peux vous dire que je l’apprécie!).

Pacific Fighters sera (c’est la version officielle à l’heure actuelle) à la fois un produit « Standalone », pour les gens ne possédant pas Forgotten Battles, et un simple add-on, pour les gens qui l’ont déjà. Ne me demandez pas comment ça va fonctionner pour le support ultérieur avec en plus la gestion de l’Aces Expansion Pack, mais j’imagine qu’on s’oriente vers une logique de rationalisation de toute cela, l’équipe de développement ne pouvait pas continuer éternellement à sortir des patchs différents pour trois configurations de FB différentes avec un vrai jeu, un vrai addon, et un produit à cheval sur les deux genres…
La sortie (a priori mondiale) de Pacific Fighters est prévue pour l’automne 2004 – et la Gold pour début octobre plus précisément, bien que je n’y mettrais pas ma main au feu… Notez enfin qu’il est peu probable qu’une démo fasse son apparition – si c’est le cas, soyez sûr que vous en serez informé, mais il est vrai que depuis Il-2, c’est une pratique qui n’a plus cours chez Maddox Games... Enfin si le cœur vous en dit, un peu de pression peut être utile – même si une démo, c’est toujours du travail en plus et du temps perdu pour le développement du jeu lui-même, ce que Oleg n’aime pas trop, et je le comprends quand je vois ce qu’il reste à accomplir avant la sortie :)

Bon plus généralement, vous vous en êtes aperçu, je n’ai pas une mauvaise idée de Pacific Fighters à l’heure actuelle, bien qu’une myriade de choses (pilotes en canot ou en Mae West à la mer, cockpits totalement fonctionnels, modèles de vol terminés, etc…) ne soient pas encore intégrées (et je dois avouer que du fait des délais, j’ai bien peur qu’une partie d’entre elles passent à la trappe et ne refassent surface qu’après la sortie effective du programme…). Mais l’important est de savoir que l’essentiel est sauf. En tant que tel, avec son parc aéronautique, naval et terrestre enrichi et les modèles de vol correspondants codés, on aura déjà quelque chose qui ira bien au-delà du simple add-on « je vole au-dessus du Pacifique », ne serait-ce qu’au travers des fonctionnalités offertes par ses nouvelles campagnes.
Je dirai donc que certains points déjà cités mis à part (diversité limitée des navires, absence d’une IA révolutionnaire ou limitations des cartes par exemple), j’ai toutes les raisons d’être optimiste quant à l’évolution – dans le bon sens - de Pacific Fighters dans les semaines à venir. Et si je peux m’exprimer ainsi par réalisme, sans passer pour dernier des béni-oui oui de service, c’est cela aussi (pour moi) l’avantage de suivre les jeux Maddox Games depuis maintenant plus de 3 ans : lorsqu’on en vient aux critiques les plus générales et fondamentales, il est toujours plus agréable de n’avoir que quelques points bien précis à discuter plutôt que tout l’édifice à défoncer – ceux qui se rappellent m’avoir vu tester Combat Flight Simulator 3 me comprendront…

L’auteur remercie les différents contributeurs des photos d’écrans (qui se reconnaîtront), ainsi qu’Ubi Soft pour son très aimable contact et sa confiance de bon aloi :)

  Alain-James
<< Précédent  
- Executé en 0.0103500 ms -
- 1 requetes au total -
- ©2003 Bernard Valencelle 'Benhur' -