voir les articles ►◄ Rubrique:
.:: Interview de LOLOGRAMME ::.
Tuesday 02 November 2004

C6 : Bonjour Lologramme, très heureux que tu puisses nous donner un peu de ton temps, je te laisse te présenter à nos lecteurs…

Lologramme : J’ai 36 ans et j’habite PARIS, mon vrai nom dans la vraie vie que j’ai est Laurent GERVAL et je suis gréviste à la SNCF (Je dis toujours ça car quand je dis que je suis cheminots, immédiatement les gens me rétorquent : « Ah les cheminots, toujours en grève !!! » Au bout d’un moment ça lasse ! ! ). En réalité je travaille à la maintenance des installations de signalisation à la gare du Nord.
J’ai un bac E et un DUT en génie électrique et informatique industrielle option automatisme et système (ça en jette, non ?). J’ai commencé ma carrière professionnelle dans un atelier de la SNCF en tant qu’automaticien. Je programmais des automates pour réaliser des machines et je réalisais la maintenance des PC de l’atelier.
J’étais amené à intervenir sur l’ensemble de l’atelier (d’une superficie de 65ha.)

C6 : Et ton pseudo ?

Laurent : De ce fait j’étais rarement à mon bureau. Et quand on m’y voyait on se moquait de moi :
« Tiens tu es là aujourd’hui Lolo »
Je répondais souvent :
« Non c’est pas moi c’est un Hologramme »
Un jour l’un de mes collègues à sorti :
« C’est pas un hologramme, c’est un Lologramme »
C’était au début ou je surfais sur le NET et j’ai trouvé ça marrant. Je l’ai donc adopté comme pseudonyme.
Voilà pour l’histoire de mon pseudo et pour mon histoire tout court.

C6 : Donc ta passion informatique vient de ton boulot ?

Laurent : L’informatique a toujours été ma passion. J’ai commencé avec un ZX SPECTRUM 48K (l’héritier du célèbre ZX 81) sur lequel j’ai fait mes premiers pas en BASIC. (Souvenez-vous, les vieux !) Les galères pour charger un programme avec un lecteur de cassettes audio !!!
Quelques années plus tard je me suis payé (à un prix d’or) mon premier PC : un 386 DX 25, un must !!!
C’est avec ce petit bijou que j’ai fais mes premiers pas en simu et en 3D.

C6 : Qu’est-ce qui t’as amené à la simulation aérienne ?

Laurent : J’ai joué sur mon premier simu à peu près à cette époque (Sur mon 386): le jeu s’appelait « F15 Strike Eagle ». J’y suis venu par hasard. Et puis j’ai laissé tomber pendant quelques années. Je me suis de nouveau intéressé à la simu en 2000 quand un collègue m’a montré une démo de Falcon4. On peut dire que mes véritables débuts en simu datent de cette époque. Quelqu’un m’a filé l’adresse d’un site fabuleux sur le simu : Check six ! Vous connaissez ? Je vous le conseille vivement !
A l’époque les deux simus dont on parlait le plus étaient Falcon 4 et Flanker. Ne sachant lequel choisir, j’ai posté sur le forum de C6 et un certain « Skypat » m’a conseillé Falcon 4. Je m’y suis donc mis et inscrit à l’école de chasse C6.

C6 : C’est donc Check-Six qui t’a amené progressivement sur SFP1 ?

Laurent : Exactement ! J’ai connu SFP1 à travers les posts parus sur C6. Puis un jour il y a eu un post d ‘un des Webmasters de C6 (je ne me rappelle plus lequel) qui faisait un appel à la communauté; il cherchait un modeleur 3D pour modéliser un mirage III C. C’était avant la sortie du jeu. Je me suis alors proposé. On m’a mis en contact avec TK, le chef de projet de SFP1 qui m’a fourni une version beta du jeu et le cahier des charges des modèles 3D du jeu. J’ai même été aidé par deux des modeleurs officiels du jeu.
Je me suis donc mis au boulot vu que le mod Mirage 2000 pour F4 venait de tomber à l’eau. Après quelques mois de boulot j’étais parvenu à quelque chose de pas trop mal.
J’ai d’abord été aidé par Magic II qui m’a fait une texture pour le mirage III (je suis nul en textures !), mais ce dernier a disparu dans la nature et Kovy et Oxitom sont venus à la rescousse. Enfin, vu que je n’arrivais pas à assurer les 2 projets (Mirage III et CSP) j’ai décidé de refiler le modèle 3D presque fini et une ébauche du cockpit 3D à BPAO qui a finalisé le projet de manière magistrale; je tiens à l’en remercier d’ailleurs.

C6 : Donc le virage SFP1/Combat Simulator Project était amorcé ?

Laurent : Oui, on m’a proposé d’intégrer ce projet de simulateur en partant de zéro. C’était un peu mon rêve que de créer un simu Open Source où il n’y aurait pas de limitations dans les addons, puisque nous étions les concepteurs du produit ! J’ai donc un peu laisser tomber le M3 pour me lancer dans cette aventure.
Puis la communauté m’a rappelé à l’ordre, à juste titre, et je me suis remis sur le M3. Mais très vite je me suis senti un peu submergé vu que pour CSP j’étais le seul modeleur 3D.

C6 : Et au mod 3D, raconte-nous un peu tes débuts…

Laurent : Pour la 3D j’ai également fait mes débuts sur mon fameux 386 et sous 3D Studio 4 (la version sous DOS). Au début comme beaucoup on modélise des trucs faciles (verres, colonnes, etc…) puis on cherche ce qu’on pourrait faire de plus sérieux.
Tout naturellement donc, quand je me suis de nouveau intéressé à la simu de vol, je me suis décidé à modéliser des avions.
On commençait alors à entrevoir une possibilité d’insérer de nouveaux avions dans Falcon 4. Et ce simu manquait cruellement d’avions français, non ? C’est là que j’ai commencé à modéliser le mirage 2000 ; projet qui n’a pas abouti mais qui m’a « formé » à la 3D en quelque sorte. Puis est venu le Mirage III C pour SFP1 et retour au mirage 2000 mais pour CSP cette fois-ci (là c’est plus simple puisque c’est nous qui fixons le cahier des charges pour CSP).

C6 : Dans les modèles que tu crées ou dans les projets à venir, où va ta préférence, l’utilité ou la passion ?

Laurent : Je fonctionne à la passion ! Si je ne suis pas passionné par ce que je fais, je vais le faire à contre cœur, ou le bâcler pour m’en débarrasser. Un projet comme le mirage 3 prend beaucoup de temps. Il faut faire une recherche documentaire, modéliser l’avion, le mapper, faire les textures, les animations et le cockpit. Pour CSP c’est pire, puisque nous partons d’une feuille blanche. Tout le code est à créer (même si nous utilisons des bibliothèques Open Source comme pour le moteur graphique ou le moteur de terrain). Il faut tout définir et programmer : le moteur 3D, les modèles de vol, le code réseau, etc … A mon avis, sans la passion vous ne tenez jamais la distance.


C6 : Pour CSP, où en est le projet actuellement ?

Laurent : CSP est né en 2001 grâce à la volonté de 3 américains : Boddman, Wolverine et Brandon
Nous sommes plusieurs français à participer. Il n’y pas de structure dans ce projet, pas de chef de projet ou de chef de groupe, chacun est à égalité et travaille sur sa partie (ou sur plusieurs si il est intéressé).
CSP n’est pas (enfin ne sera pas...) qu’un simple simulateur de vol, ce sera un champ de bataille global ou prendront part les armées de terre, air et mer, le tout en réseau. Vous pourrez ainsi prendre place dans un navire, un sous-marin, dans un char ou dans un avion. Mais avec le niveau de réalisme le plus élevé que nous pourrons atteindre.
Actuellement nous travaillons la partie simulateur de vol. Pour l’instant nous avons un moteur 3D qui tourne, avec gestion de la journée (le soleil se lève, se couche, la voûte céleste apparaît conforme à la réalité avec la lune en prime). Un seul avion est implémenté pour l’instant, le mirage 2000, il nous sert de « base de développement ». On crée les animations (les gouvernes sont fonctionnelles, et les suspensions du train d’atterrissage aussi), on développe un modèle mathématique pour le modèle de vol, etc.… Une fois les techniques connues il est alors facile d’intégrer d’autres avions. D’ailleurs l’objectif de CSP n’est pas de fournir un simulateur clé en main. Nous travaillons à fabriquer une base solide pour que la communauté puisse ensuite développer le type de simulateur qu’elle souhaite. Chacun pourra intégrer des modèles 3D pilotables, des terrains, des campagnes. Si un groupe souhaite recréer la guerre 14-18, il lui faudra créer les avions de l'époque et créer les missions ou campagnes qui vont avec. Nous fournirons des outils pour rendre accessible la création de tout cela. Il est donc fort probable qu’à sa sortie, CSP ne comporte que peu de modèles.
Ce choix s’impose aussi par le faible nombre de participants à CSP. Nous sommes un noyau d’environ 10 personnes auquel s’ajoute des aides ponctuelles. D’ailleurs j’en profite pour dire que nous acceptons toutes les bonnes volontés, même si elles croient ne pas posséder les compétences requises (et je suis sur qu’elles se trompent). Sinon j’invite les lecteurs de Mirco Simulateur à se reporter au numéro du mois d’août qui nous à consacré un article, et je tiens à en remercier son auteur : Flavien DUHAMEL qui m’a également permis de présenter le projet au meeting de la Férté Alais de cette année.

C6 : Depuis combien de temps travaillez-vous à ce projet ?

Laurent : Cela fait 3 ans maintenant que nous travaillons sur CSP et il reste encore un travail colossal à fournir qui va nous prendre encore des années.

C6 : Et toi, sur quoi travailles-tu en ce moment ?

Pour ma part j’ai commencé un F-18 et en ce moment je travaille sur les bases aériennes. Dans le futur j’ai l’intention de modéliser un V-22 OSPREY (un hybride avion/hélico) tout simplement parce que j’aime bien ce genre de machine et que cela va nous permettre de travailler le modèle de vol des hélicos. Je vais également me pencher sur la programmation et pour cela apprendre le langage « Python » qui est beaucoup utilisé dans CSP.

C6 : Que penses-tu des simulations disponibles en ce moment ?

Laurent : Commençons par celui avec lequel j’ai débuté : Falcon 4. J’ai un peu laissé de côté Falcon 4 ces derniers temps car je passe plus de temps au développement de CSP qu’à à jouer. Et il faut reconnaître que Falcon 4 demande une pratique régulière à mon avis car sa prise en main est assez ardue. Par contre son réalisme semble encore inégalé ainsi que son niveau d’immersion que je n’ai retrouvé sur aucun autre jeu (c’est mon avis à moi tout seul personnellement, hein !!!). Je joue plutôt à LockOn qui est plus facile d’accès et son graphisme est superbe. C’est une vraie réussite dans ce domaine. Il en est de même pour IL2 mais je suis moins accro aux warbirds qu’aux jets modernes. SFP1 possède un bon moteur graphique surtout pour la gestion des reflets (le mirage III en version « alu » rend superbement bien). Quant à Flight simulator, ce qui m’attire c’est que l’on peut piloter à peu près l’avion de son choix, la communauté a développé un nombre impressionnant d’addons pour ce jeu. C’est sa force à mon sens.

C6 : De quels manques souffrent-elles ?

Laurent : Pour F4 je dirais le graphisme qui malgré beaucoup de progrès n’équivaut pas celui de LockOn. Et aussi que le seul avion vraiment réaliste que l’on puisse piloter soit le F-16. J’en ai un peu ras la casquette du F16 !!! Pas vous ?
Pour Lock On c’est les campagnes non dynamiques. Vraiment dommage ! Ca nuit terriblement à l’immersion je crois. SFP1 manque cruellement d’animation au sol et le terrain est assez « ennuyeux » si j’ose dire.
Bref ce qu’il faudrait c’est prendre le réalisme de Falcon 4 avec le moteur de LockOn plus la partie « reflets » du moteur de SFP1 et avec la campagne dynamique de Falcon 4 et l’ouverture de Flight simulator.

C6 : En gros CSP….

Laurent : Oui, c’est pour cela que j’ai rejoint CSP : dans l’objectif de réunir tous les points forts de chacun de ces simulateurs dans un seul jeu avec en plus l’ajout de la partie terrestre et navale. Le jour ou CSP sera sur les rails (je ne suis pas cheminot pour rien, c’est sûr !!!) Je sais exactement ce que j’en ferai. Mon rêve est de recréer la réalité, c’est à dire créer une sorte d’école de pilotage intégré dans le logiciel ou vous commenceriez par piloter des CAP-10 ou des EPSILON puis vous passeriez sur jet école biplace pour seulement accéder aux jets de combat et participer enfin aux combat ! Vaste programme n’est ce pas ? Je ne sais pas si à terme cela serait possible mais c’est un peu dans ce but que je participe activement à CSP : pouvoir créer le simulateur dont je rêve. Mais nous en sommes encore très loin !

C6 : SFP1 va prendre un nouvel essor prochainement, développement du SP3, sortie de WOV, qu’en penses-tu ?

Laurent : Difficile ! Je ne suis plus trop l’actualité ces temps ci ! J’ai bien sûr entendu parler de WOV mais sans plus. Je suis concentré sur CSP ! La tête dans le guidon, quoi !!!

C6 : Puissent ces évolutions te faire revenir un jour du côté de ce jeu ?

Laurent : Pourquoi pas ! Mais pas dans l’immédiat. Je consacre beaucoup de mon temps à CSP pour essayer de faire avancer le projet. Et au vu du travail à accomplir je ne sais pas si j’aurai du temps à consacrer pour d’autres projets. Toutefois je peux aider de manière occasionnelle si le besoin s’en fait sentir.

C6 : Le bénévolat fait vivre beaucoup de jeux, penses-tu que c’est la meilleure solution ?

Laurent : Oui car le problème avec les professionnels c’est l’aspect rentabilité qui prime et qui les empêche de faire durer le développement trop longtemps. On se retrouve souvent avec des jeux qui ne sont pas entièrement finis et qui nécessitent dès leur sortie, l’application d’un patch. Les bénévoles, eux font cela par passion, et peu importe le temps qu’ils y passent. C’est un peu les bénévoles qui tirent les projets vers l’avant. Falcon 4 en est la meilleure démonstration. Idem pour FS dont les addons de bénévoles atteignent souvent des niveaux très élevés. Mais l’inverse est vrai également ; les professionnels possèdent des moyens matériel et humain important qui leur permet de développer plus vite. Finalement il y a un équilibre entre les deux mondes avec leurs avantages et leurs inconvénients. Les professionnels ont des budgets à consacrer à la recherche et possèdent du matériel très performant, tandis que les bénévoles ont du temps qui ne leur coûte rien. Les bénévoles créent une « concurrence ». On le voit avec Linux par exemple. Nous développons d’ailleurs CSP sur cette plate-forme en parallèle de la version windows.

Et bien Laurent, c’est ici que se termine cet entretien, au nom de toute l’équipe de Check-Six, je tiens une nouvelle fois à te remercier pour ta disponibilité et ta gentillesse.
Vous retrouverez ci-dessous les liens menant à CSP donnés par Laurent:

le lien direct pour le jeu CSP

le lien direct pour dld la démo

  Manetsim
   
- Executé en 0.0438621 ms -
- 2 requetes au total -
- ©2003 Bernard Valencelle 'Benhur' -