Mode nuit

Review : Base Virpil Mongoos T-50 CM2

Review : Base Virpil Mongoos T-50 CM2

Test de la base Virpil Mongoos T-50 CM2

Cela fait maintenant quelques mois que j ai troqué ma vénérable base Tm Warthog contre une base flambant neuve MongoosT-50 (version CM2 svp).
J’ai par contre conservé le stick F/A18 de Thrustmaster qui s’adapte parfaitement dessus et qui reste pour moi le meilleur stick grand public.
Avec donc quelques mois de recul (même si cela peut paraitre trop peu pour certains 🙄 ) je peux vous partager mon avis sur cette nouvelle version de la base T-50.
La première version, même si réussie rencontrait quelques soucis de conception avec surtout un système de changement des cames et des ressorts abominable. Il fallait démonter toute la base, en sortir toute la partie mécanique pour pouvoir accéder aux cames et au ressorts (voir vidéo).
Nous verrons que Virpil a grandement revu sa copie et bien simplifié le concept, mais il faut toujours faire un peu de mécanique !

Coté tarif ca pique : 290 euros hors taxes et hors frais de port soit presque 350 euros livré.
Ca fait tousser mais c’est pas un virus…

Alors qu’avons nous pour « presque » le prix d’un Hotas complet conçurent .. ?
Le T-50 vaut-il son prix ??
Un début de réponse dans le test qui suit !

 

Spécifications :

Comme son ainée le T-50 CM2 n’est pas une base faite pour être utilisée sur un bureau, un dispositif de fixation est obligatoire.
Soit via le support en U (devant la base) et les supports Virpil disponibles ICI , soit en la fixant sur un dispositif comme les « table Mount de chez Monstertech » .
Soit sur un support maison réalisé à la main avec amour comme ci-dessous ;-).

 

Coté capteur Virpil annonce l’utilisation d’un capteur à effet hall (presque inusable et trés précis) détectant des rotations de 0.006 degrés, ce qui est largement suffisant pour nos utilisations domestiques. 😉
Pour la connectique un cable usb standard coté PC (et heureusement ;o) mais au format propriétaire coté base est fourni.
Ce connecteur « maison » assure une fixation solide à sa base.
Un connecteur « maison » supplémentaire permet d’associer la base à d’autres périphériques Virpil.

Concernant la qualité de fabrication rien à redire, nous sommes ici sur du lourd au propre comme au figuré : 1.37 kg tout en métal !!
Les finitions sont qualitatives, de la tôle d’aluminium épaisse, la peinture de qualité et de la visserie pas chinoise (private joke pour les lecteurs du test Winwing).
Un sans faute jusqu’ici

La mécanique et la base sont métalliques (acier pour la « boxe » et aluminium haute résistance (duralumin D16T) pour le système mécanique de « gimbals »
Gimbal est un système de « cardans » déjà bien connu des simers, car déjà énormément utilisé sur les Hotas comme le Cougar, les saitek de la série X- etc . Cela implique 2 axes « croisés » avec un potentiomètre propre à chaque axe : X et Y.
Chaque axe possède sa propre came et son propre ressort .
Pour simplifier les cames donnent la courbe de l’axe, point central marqué ou non, la progressivité de la mise en tension du ressort.
Les ressorts eux sont la pour donner de la résistance, de la dureté de la mise en mouvement et la rapidité de retour au centre.

 

4 jeux de cames et 3 types de ressorts sont disponibles, chacun avec ses avantages et ses spécificités. Il vous faudra donc trouver le bon mix en fonction de simu / avion préféré, des vos attentes coté dureté, du retour au centre attendu.

La « dureté » du stick peut être ajusté facilement « sans » démonter toute la base au moyens de 2 vis de précontraintes des ressorts, accessibles sur le dessus du stick. Un très gros progrès et un atout certains face à la concurrence.

A titre personnel et après pas mal de tests, je suis resté sur le ressort médium et la came Avia soft center.
Le ressort light étant clairement dédié pour les Warbird ou hélicoptères au manche très souple (tout mou). Le Heavy devant surtout servir si le stick est doté d’une rallonge afin de permettre un retour au centre malgré le poids de la tête de stick amplifié par le levier de l’extension.
Surtout si cette dernière est lourde comme celles de chez Thrustmaster.

Pour plus d’informations consulter le manuel disponible sur le site Virpil.

 

 

Coté qualité de fabrication c’est du très bon ! 

Comme déjà évoqué plus haut, la qualité de fabrication est très bonne.
La conception et les matériaux respirent la qualité.
La tète de fixation de stick est en alliage peint en noir. L’empreinte interne de fixation, diffère légèrement de la ˋˋnormeˋˋ de fixation thrustmaster, 2 vis empêchent le stick de tourner dans le pas de vis (qu’ il faut donc serrer tassez fort). L’avantage est de pouvoir (en dévissant ces vis) ajuster facilement l’angle de la tete de stick. Mais cela transfert complètement les contraintes de torsion sur le pas de vis potentiellement le point le plus fragile . Cela serra a surveiller si vous changez souvent de stick.
Sinon la visserie est de très bonne qualité, et il le faut car comme vous devrez dévisser et revisser de temps en temps l’ensemble, il serait dommage d’avoir des pas de vis s’abimant trop vite …

Ce qui pourrait gêner … mais finalement non !!

Cette base ne possède pas d’axe Z (palonnier), comme certains Hotas concurrents en proposent via une torsion du manche.
Et franchement ce n’est pas une grosse perte. Cette solution qui est peut-être intéressante côte finances, est finalement assez peut utilisable avec précision lors de son utilisation conjointe avec les 2 autres axes.
Des actions parasites (du fait du pilote) non désirées apparaissent souvent sur cet axe, rendant le pilotage peu précis voir même inconfortable à la longue.
Alors pour rouler sur un taxiway ok mais pour piloter un Spitfire ou un hélico, à la longue préférez un vrai palonnier si vous le pouvez.
https://support.virpil.com/en/support/solutions/articles/47001156330–base-vpc-mongoost-50cm2-base-user-manual.

Côté software : lourd et complexe…

A télécharger chez Virpil : ICI

La suite logiciel Virpil bien que complète n’est pas des plus abordable.
Si vous comptiez brancher votre base et voler, il va vous falloir un peu de patience car vous devez impérativement passer par la case de « Configuration Tools », le logiciel VIRPIL.
C’est une suite (car il y a plusieurs modules) logiciel très puissante mais « très peu friendly user » et le mot est faible ….

Vous pouvez limiter vos tracas en commençant par utiliser la version LITE (sélectionnable dans l’interface). Et laisser les version « PRO » , « DEBUG » et « SHOT » pour plus tard, bien plus tard, par exemple quand une extraction de molaire vous paraitra une rigolade ou que vous n’aurez plus de jus de citron a vous lancer dans les yeux. Ah oui car l’interface est complexe, fouillis et vieillotte.
Qui a dit comme les avions russe ?? 😉

Comment dompter le soft !!

La « bonne démarche » (et la seule en fait) est dans un premier temps de définir via un profil la configuration matérielle du périphérique (base + Stick + panel).
Dans mon cas n’ayant pas de panel Virpil j’ai sélectionné la base + le stick TM F/A-18.
La conf est alors flashée dans la base.
Une fois flashée un nouveau périphérique contenant la base et le stick apparait dans la liste des ID USB à sélectionner.
Vous le sélectionner dans l’interface dans la la liste des ID USB, la configuration est alors lue par le logiciel depuis la base.
Il faut ensuite calibrer les axes et sauver la calibration dans le profil et donc .. dans la base .
Le périphérique « reboot » et réapparait dans la la liste des ID USB
Vous pouvez tester votre calibration en cliquant sur « Joystick tester ».

Voila !! C’est terminé.. pour le moment

Petit détail très important : il vous faudra créer un profil (conf + calibration) pour chaque tête de stick, car la calibration est affectée par le poids et le centre de gravité de cette dernière.

Une fois fait vous pouvez commencer à modifier la configuration des boutons et des switchs. Si par exemple vous avez rajouter un panel au profil vous risquez de dépasser la limite directX de 32 boutons (que certains softs ne prennent pas en charge).
Vous pourrez donc décider d’activer ou pas certains boutons et de leur affecter un numéro de bouton directx.
Vous pourrez aussi assigner des shift, des statut on/off,des switch toogle(bascule) et j’en passe ..
Vous pourrez trouver un peu d aide dans la documentation VIRPIL ICI

Comme annoncé plus haut le logiciel est très puissant mais très complexe à aborder, c’est plus un soft fait pour un développeur hardware que pour un simer débutant.
Le plus simple (à mon avis) est de faire son profil (sans inclure de panel), sa calibration et de finir l’assignation et le paramétrage directement dans le simu..

 

Changement des ressorts et des cames.

La grande nouveauté annoncée est la « simplification » du changement de ressorts et de came par rapport à la première version du T50 !
Dans l’absolu c’est vrai et il ne faut plus être un as de la mécanique et poser un RTT pour les changer. Mais il faudra quand même faire usage des « clés Allen, non fournies » (prévoyez du 4.0 et du 5.0)
A première vue on se dit :  » les ressorts, trop facile ». On a « juste » à enlever les capuchons et dévisser les vis de précontrainte (qui servent à ajuster la « pre-compression du ressort suivant votre gout).
Même pas besoin d’ouvrir la base, trop simple »………..

Oui ..mais en fait non.. !

Respirez un coup il faut être attentif à la suite 😉
Comme vous pouvez le voir sur les photos ci-dessous, les vis de précontrainte, sont solidaires du mécanisme en mouvement et bien sûr pour que cela bouge le pas de vis doit pivoter en fonction des mouvements du stick.. Ok ??
Et comme il bouge de façon libre (pour ne pas générer de frottements ou d’usures) et bien lorsque l’on enlève la vis pour changer de ressort, la partie qui doit pivoter et bien.. elle pivote …!!
Et du coup dans la majorité des cas une fois la vis extraite, son pas de vis pivote et ne se retrouve plus aligné avec le puit de la vis .
Imaginez vouloir reboulonner un boulon au fond de votre moteur de voiture avec un écrou qui aurait pivoté de 90°.. Du coup pour refaire pivoter légèrement le pas de vis (et le remettre dans l ‘axe ) il faut donc : « ouvrir la base ! »

On ouvre donc la base (ce qui se fait finalement assez facilement) , on remet le pas de vis dans l’axe, on s assure que la vis est suffisamment engagé dans le pas de vis (5 tours mini pour éviter l’usure du pas à la longue) et on referme la base !

Apres les ressorts , les cames

Mais maintenant que nous avons ouvert la base étudions aussi le changement des cames, car de toutes façons pour le faire il faut déjà deviser les vis de précontrainte pour libérer la pièce qui porte les cames …

Une fois que vous en êtes la il suffit de dévisser les cames et de les remplacer en suivant les repères.

Bon cela fait certes un peu de mécanique, surtout au début quand nous sommes en phases de réglages et de découverte.
Mais finalement en usage courant cela reste très gérable sans ouvrir la base.

Conclusion : précise et adaptative

A l’usage la base s’avère très précise, pas de jeu mécanique ni de deadzone du fait d’une absence de prise en compte du mouvement du capteur.
On parvient vraiment à bien régler à sa convenance la dureté et le retour au centre, chose qui est impossible par exemple chez Thustmaster sur la base Warthog.
Cette base s adaptera donc très bien aux pilotes de chasseurs recherchant une mise en tension viril ou aux pilotes d’hélicos pilotant en finesse dans une pièce de 2 euros.
Rajoutez lui un système de fixation (impératif), un bon stick (ma préférence restant sur le TM F/A18), une throttle et vous obtiendrez le meilleur « combo simu » possible. Comme la base est compatible avec toutes les têtes de stick à connexion « Thrustmaster » vous avez donc l’embarras du choix :Thrustmaster, Virpil ou VKB.

Son seul vrai défaut (si on occulte son soft d ingénieur) est son tarif final très élevé,  prés de 350 euros TTC livré chez vous, mais cette fois ce n’est pas un bout de plastique en forme de joystick mais bien une vraie base solide et précise que vous obtenez !

La T-50 CM2  s’impose facilement sur ce secteur sans vraies innovations ni concurrence  et on se demande tout de même que font les concurrents?
Donc si vous cherchez une base et que vous avez budget la Virpil Mongoos T-50 CM2 est bien la meilleure base et le meilleur choix à l’heure actuelle.

Bons vols

8.6
Le prix de la qualité et de la précision.

The Good

  • Précise
  • Modulaire (extensions, fixations..)
  • S'adapte aux besoins du pilote (ressorts et cames)
  • Matériaux de qualité

The Bad

  • Suite logiciel difficile d'accès
  • Prix
  • Non adaptée à une utilisation sur un bureau
  • Obligation d investir/construire un système de fixation
9.5 Qualité de construction et solidité
9.5 Précision
9 Modulaire
7.5 Software
7.5 Prix
1 Comment
  1. Kima
    31/01/2022 at 14:06 Reply

    Pour récapituler: 350€TTC la base, 200€TTc le manche F-18 de chez ThrustMaster et enfin 120€TTC pour un support MonsterTech.

    (sans les frais de port)

    Mais ça a l’air top!

    https://virpil-controls.eu/vpc-mongoost-50cm-base.html
    https://shop.thrustmaster.com/fr_fr/checkout/cart/
    https://www.monster.tech/fr/produit/support-pour-joystick-hotas/

Laisser un commentaire

Ce site utilise Akismet pour réduire les indésirables. En savoir plus sur comment les données de vos commentaires sont utilisées.